Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Clinique Vétérinaire Eurovet

Le coryza félin est l’une des causes principales de consultation du vétérinaire. La Clinique Eurovet vous aide à en savoir plus sur cette maladie. En effet, une meilleure connaissance des caractéristiques des agents, du phénomène de portage (diffusion du virus), des possibilités de vaccinations ainsi que des gestes à effectuer au quotidien, vous permettrons de lutter contre cette maladie.

Les Coryzas des chats en quelques mots

Il s’agit d’un groupe de maladies infectieuses qui sont provoquées par l’association de différents virus et/ou bactéries et qui se traduisent par des troubles respiratoires chez votre chat.

C’est pourquoi on devrait parler de Coryzas et non du Coryza: il ne s’agit pas d’une seule maladie, mais plutôt d’un ensemble de pathologies regroupées sous la même dénomination générique autour des signes cliniques qu’elles provoquent toutes en général, à savoir Jetage au niveau des voies respiratoires hautes, conjonctivite et écoulements oculaires plus ou moins purulents.

Le virus étant très résistant, il se conserve 2 à 3 jours en moyenne en dehors de l’organisme de votre chat. C’est donc une maladie très contagieuse qui peux se transmettre avec ou sans contact (par des éternuements par exemple). C’est pourquoi la Clinique Eurovet vous conseil de faire le diagnostic dès le moindre doute, afin d’éviter l’installation du virus.

Souvent les coryzas commencent par des infections virales auxquelles se surajoutent des bacteries « opportuniste «  qui profitent des lésions engendrées par les virus pour provoquer des surinfections graves (et purulentes)

Les premiers symptômes:

La maladie commence par un fort écoulement nasal associé aux éternuements. Vous remarquerez ensuite chez votre chat fièvre et déshydratation. Cependant les premiers symptômes sont différents selon l’agent transmission du germe.

- L’herpès virose: Un virus entraînant des symptômes oculaires et respiratoires importants (toux par exemple)

- La calicivirose: Un virus dont les symptômes de base son ceux du Coryza accompagnés d’ulcères de la langue et du palais

- La chlamydiose: Une bactérie dont les symptômes sont oculaires (conjonctivite)

Cette maladie est très fréquente chez les chatons entre 5 et 12 semaines

Les complications:

Complications oculaires

La Kératite (rougeurs oculaires) et l’ulcère de la cornée sont des complications infectieuses possibles (surtout causées par l’herpès virose). La conjonctivite est fréquemment présente chez le chaton âgé de quelques jours et peut devenir chronique chez le chat adulte.

Complications pulmonaires

La pneumonie est une complication rare qui peut affecter les nouveau-nés ou les chatons avant le sevrage.

Polyarthrites

L’infection du chaton peut parfois se compliquer par une boiterie, notamment  à cause du Calicivirus. Dans ce cas, votre chat est fiévreux : il mange peu, dort beaucoup et présente de l’hyperthermie. Ce « rhumatisme » peut évoluer positivement en quelques jours sans aucun traitement.

Gingivites

La gingivite (inflammation de la gencive) est associée, dans 80% des cas, à une infection par le  calicivirus. L’association de cette inflammation avec l’une des affections virales  (FeLV ou FIV) du chat aggrave sérieusement le pronostic, puisque ces défenses immunitaires sont affaiblies. Les gingivites peuvent résulter sur des lésions graves, chronique et difficiles de guérir de Stomatitis (inflammation des muqueuses buccales).

Les séquelles:

Lorsque le Coryza devient chronique, il peut entraîner un écoulement nasal purulent permanent. Par conséquent, l’infection devient très difficile à soigner, d’autant plus si l’inflammation régulière  des fosses nasales a provoqué la destruction progressive des petits os constituants les cavités nasales.

La mortalité associée au Coryza est généralement due à des infections secondaires de nature bactérienne, et concerne essentiellement les chatons.

Importance d’un diagnostic :

Il est indispensable de faire un diagnostic pour éviter à votre chat tant de désagréments. Il est possible, grâce à un prélèvement oculaire de diagnostiquer avec précision le type de virus impliqué. Demandez conseil à votre vétérinaire : il vous indiquera les solutions de préventions ou le traitement à réaliser.

La prévention

Il est indispensable de prévenir la maladie pour éviter son installation chez votre chat ainsi que sa propagation. Pour cela, il existe des possibilités de vaccination. Le protocole de vaccination est simple: 2 injections avec 1 mois d’intervalle à partir de 2 mois d’âge chez un chat sain. Rendez-vous ensuite une fois par an chez votre vétérinaire pour le rappel.

Le traitement:

La réhydratation

La réhydratation peut être réalisée par voie digestive ou par voie veineuse (dans ce cas votre vétérinaire hospitalisera l’animal et lui posera un système de perfusion).

Les antibiotiques

Les antibiotiques n‘ont absolument aucune efficacité contre les virus; ils permettent cependant d’éviter la surinfection bactérienne.

Les Interférons

Pour combattre les virus, il existe l’interféron Omega. Il est efficace mais coûteux. Il agit sur les cellules de manière à installer une résistance virale dans l’organisme de votre chat. De plus, son caractère antiviral a effet imuno-modulateur  et anti proliférateur. Vous pouvez aussi vous procurer la L-lysine pour contrer l’herpès virus.

Le nettoyage des voies nasales

Il est aussi possible d’utiliser, en complément, des aérosols ou fumigations pour améliorer la fluidité des sécrétions nasales. Pour désinfecter il est recommandé de bien nettoyer le nez de votre animal de compagnie à l’aide de sérum physiologique ou de solutions salines que vous trouverez chez votre pharmacien.

Pour toute information complémentaire à propos de la Coryza, rendez-vous sur notre site. Toute l’équipe de la Clinique Eurovet se tient à votre disposition pour permettre à votre animal de compagnie d’être en bonne santé.

Dr. F. Savary

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »